Les potins de Michel

05 avril 2018

Bobigny : Un avenir prometteur dans le Handball

Depuis 2005, le club de handball de Bobigny est l’un des meilleurs clubs de la Seine-Saint-Denis (93). Il enchaîne les victoires dans toutes les catégories : les -18 féminin sont classées secondes du département.

La pratique du handball développe la force, la vitesse de course et surtout la vitesse de réaction. Ahmed Dahab, après avoir exercé 18 ans de hand, est maintenant entraîneur des -18 féminin depuis 3 ans.  Il réside au quartier de Paul Eluard à Bobigny et nous fait part de l'évolution des filles de l’équipe : "L'équipe a bien évoluée car elle remporte beaucoup plus de matchs que l'an dernier et individuellement je remarque de la progression chez certaines filles car elles sont déterminées, attentives et combatives". Durant l’interview, Ahmed Dahab nous explique qu’en tant que joueur, il a trouvé juste de transmettre son savoir et sa passion auprès des jeunes. L’entraîneur témoigne également de la bonne ambiance qui circule au sein de l’équipe. En effet, après chaque match l’équipe célèbre ses victoires en chantant, sur le terrain tout en tapant dans les mains avec des bouteilles.

Posté par LouiseMichel93 à 15:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]


L'académie football de Bobigny

 

L'AFB futur promu en Nationale 2 ?

 

Munie de deux magnifiques stades (Henri Wallon et Auguste Delaune) et des derniers  équipements sportifs , l’Académie de Football de Bobigny (AFB) est plus qu’un simple club, c'est une vraie famille où tout le monde s’investit pour aider les jeunes à grandir et à s'affirmer dans la société que ce soit pour les garçons ou filles du club,car il faut noter que contrairement à d’autres clubs l’AFB comporte une section féminine.  C’est notamment grâce à cette solidarité et ces joueurs que Bobigny est le leader du championnat Nationale 3 et éventuel promu en Nationale 2 Ce qui permettrait au club d’avoir une meilleure visibilité  et de s’améliorer encore, en espérant voir le club au plus haut niveau !

 

Camara Souleymane

 

Debbouza Haroun

bobfoot

Posté par LouiseMichel93 à 15:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 janvier 2018

Square Léon

barbes square léon image

 

 

Le Square Léon est un square situé au centre de Barbès dans le quartier de la goutte d’or au 20 rue des gardes.

       En entrant dans le Square Léon, situé dans le quartier de la Goutte d’Or (Ce coin de quartier de Barbès :d'où le nom provient du républicain Armand Barbès, né a pointe-à-pitre le 18 septembre 1809, mort à La Haye le 26 juin 1870 est un républicain français, opposant à la monarchie de Juillet, qui reste dans l'Histoire . Il donna son nom au quartier le plus populaire du 18ème arrondissement de Paris.)

(La Goutte d’Or situé à l’est de Montmartre, ce quartier doit son nom insolite à la vigne, cultivée à l’époque sur ses pentes situées "hors les murs" de Paris. Elles produisaient un vin blanc renommé.

Cette terre agricole connut une profonde mutation économique à partir de la fin du XVIIIème siècle avec le développement d’une importante activité commerciale échappant à la taxation des marchandises à leur entrée dans Paris.

C’était l’époque de la première révolution industrielle et la Goutte d’Or se mit à accueillir de nombreux travailleurs issus de l’exode rural et de l’immigration, tous attirés par les besoins croissants de main d’œuvre liés au développement de Paris.

En 1860, lors de son rattachement à la Ville de Paris, la Goutte d’Or devient une partie populaire très animée en raison de ses nombreuses activités) .

Ce square est un coin de verdure dans un quartier très urbanisé. Les enfants s'y amusent grâce aux aires de jeux. On aperçoit une immense fresque qui a été peinte en 1992.Ce square porte le nom d’un ancien propriétaire des lieux, peinte a la manière d’une bande dessinée, la Goutte d’Or.

On y trouve des tables de ping-pong, deux terrains de basket-ball ainsi que des tables avec damier.

Nous avons recueilli deux Témoignages de deux habitants ayant deux discours totalement différents sur le Square Léon. Le premier habitant dit: «J'aimerais dire du bien de square Léon, mais je ne peux pas, c'est une démonstration trop flagrante de la misère sociale, et de ce qu'elle engendre. Entre les paumés qui dorment sur les bancs quand ils ne gerbent pas dans les coins, les bandes de gamins qui sont livrés à eux-même à cinq ans, et qui, de fait, font n'importe quoi à huit, les barrières qui ont été installées partout pour préserver les plantations, la pelouse dégueulasse et la misère générale qui transpire du square, c'est concrètement pas très rafraîchissant.» et le second habitant tient un autre discours «J'aimerais tellement dire du bien du square Léon.
C'est le square de mon quartier, il a été refait de fond en comble en 2007, et le résultat est, bien que limité, plutôt convaincant. Des espaces pensés pour différentes tranches d'âges, du petit toboggan aux tables pour les échecs, en passant par le terrain de football, et une air de jeux plutôt originale (bien qu'aux possibilités réduites), consistant en un vaste enchevêtrement délirant de filets en grosse corde. Une promenade très fréquentée traverse le square, et quelques portions d'herbes font le reste, avec les plantations»

 

C’est un parc très fréquenté par les jeunes qui habitent aux alentours en l'occurrence car il y a plusieurs événements organisés chaque années comme le plus connue la Fête de la Goutte d’Or des bénévoles généralement issus du 18ème organisent à proximité du Square Léon. Il y a plusieurs activités comme des ateliers de cuisine ou bien d’art plastique et surtout des artistes issus de milieux musicaux différents qui défilent sur scène et les plus attendu comme Guy2Bezbar, Scred connexion,jnr bvndo etc …

 

Il y a également divers projet futurs concernant le Square Léon le premier étant un projet qui est divisé en deux projets distincts.
Il s'agit des projets suivants :
1 - Du neuf pour le Square Léon Serpolet : amélioration du square portant sur des aménagements pour le bien-être de tous par exemple l'agrandissement du boulodrome,l'installation de damiers et d'un labyrinthe en terrasse haute, la réalisation de marelles au sol et d'une piste de course pour les enfants, l'harmonisation des aires de jeux (dalles de béton des tables de ping-pong, rénovation des jeux pour les petits, augmentation du nombre de balançoires, nouveaux revêtements pour le terrain, des paniers de baskets bas pour les enfants, des bancs supplémentaires à l'ombre près de l'école "espaces cailloux», seconde fontaine terrasse haute), l'amélioration de la signalétique des toilettes, la création d'un mur d'escalade ou via ferr²ata à proximité, la pose d'un miroir ou trompe l’œil pour donner un meilleur environnement à cet endroit très enclavé et la mise en place d'un jardin partagé dans la partie haute pour diversifier l'offre végétale. Enfants et adultes participeraient à la culture potagère.


2 - Vélo chargeur : Installation de vélos fixes (type vélos d'appartement) que l'on trouve actuellement dans les gares SNCF qui permet de recharger les batteries de portables. Avantages : aucune pollution, antistress, et offre un moment de détente sportive.

Le second projet concerne: Le segment de la rue Léon qui va du n° 26 jusqu'au square Léon est souvent saturé par la circulation automobile. La largeur des trottoirs est très réduite et la circulation est parfois dangereuse.
Pourtant, la rue a un potentiel d'attractivité commerciale et culturelle non négligeable et pourrait profiter d'un regain de fréquentation par la piétonnisation de cet espace.
Enfin, ce projet peut accompagner la mutation du quartier et favoriser les échanges et la mixité entre ses habitants en créant une zone de circulation modérée. Le but de cet aménagement est de tranquilliser la voie, via la pose de ralentisseurs et la mise en place d'un stationnement alterné. Le dernier projet vise à créer une placette végétalisée et à recalibrer la rue Cavé. Située entre la rue Stephenson et la place Léon, il est nécessaire d'agrandir les trottoirs de cette rue, trop étroits, afin d'apaiser ce périmètre.

Cette proposition inclut également la suppression du stationnement côté pair.

La végétalisation de la rue consiste à mettre en place des bacs, dont l'entretien devra être assuré par un collectif d'habitants dans le cadre d'un permis de végétaliser.

 

Ces projets ont été votés par la commune de Paris qui ne souhaite plus que l'on ait tous cette idée de Barbès comme le quartier populaire de la capitale mais comme un quartier difficile d’accès est cela se confirme en observant la hausse du taux de l'immobilier à Barbès qui est en augmentation constante depuis 15ans. La ville de Paris est prête à faire d'énormes sacrifices pour arriver à son but comme par exemple pour toutes ces rénovations elle va débourser pas moins de 1 260 000 euros.

                                                             

 

Sources:/yelp/madingouted'or.com/ https://budgetparticipatif.paris.fr

 

Nassim CHEBANI, David DIE-PHAURE

Posté par LouiseMichel93 à 15:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le quartier de la Goutte d'Or

Le quartier de la Goutte d'or

Emile Zola, dans son oeuvre: L'assomoir nous raconte ce qui se passe dans le quartier de la goutte d'or de 1877 par le biais de Gervaise (un personnage du roman).Emile Zola nous livre une description détaillée de ce quartier, ce qui est étonnant vu qu'a l'époque où il écrit ce roman il réside à Aix-En-Provence.

"C'est grand comme une caserne, là dedans!" Cinq étages sur rue nous dit Zola, alignant chacun quinze fenêtres aux persiennes en ruine. En bas, quatre boutiques. A droite de la grande entrée avec porche, une salle de gargotte crasseuse à gauche un charbonnier, un mercier et une marchande de parapluies. C'est la boutique du mercier que Gervaise va reprendre et transformer en blanchisserie. A l'intérieur, dans la cour, les façades ont six étages en quatre parties formant un vaste carré. Toute la misère de Paris est concentrée là. "Il y a trois cents locataires"

Emile Zola décrivait le quartier de la goutte d'or du 19ème siècle dans son roman cependant, ce quartier a beacoup évolué comme nous allons le voir dans le paragraphe suivant avec le processus de gentrification.

 Le quartier de la Goutte d'or et plus généralement les 18ème et 19ème arrondissements de Paris subissent depuis les années 2000 ce que l'on appelle la gentrification. La gentrification désigne la migration d'une population bourgeoise vers des quartier dits populaires. Cela a entraîné la fermeture de plusieurs enseignes qui fonctionnaient plutôt bien avant les années 2000 et même après: Tati est un excellent exemple pour illustrer cela, en effet Tati s'adressait avant tout à une population assez pauvre de part ses prix très bas ainsi que la diversité de produits qu'ils proposaient. Mais pour motif de manque de clients ce grand magasin est placé en liquidation judiciaire. Les habitants de Barbès étaient étaient très attachés à Tati: d'après une enquête menée par le 20Minutes "Barbès sans Tati, ce n'est plus Barbès". La gentrification a aussi entraîné la montée des prix de l'immobilier les 18 et 19ème arrondissements proposaient les prix les plus attractifs de la capitale mais ils ont plus que doublé lors de ces 15 dernières années. L'ouverture d'un brasserie proche de la station Barbès-Rochechouart intensifie l'exclusion des population immigrés issues des quartiers populaires face à la nouvelle clientèle bourgeoise.

IMG_0751

IMG_0753

IMG_0759

IMG_0763

 

Posté par LouiseMichel93 à 15:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'Eglise St Sulpice

sans-titre

sans-titre 2

sans-titre3

 

 

 

 

 

Le plafond est orné d’une toile peinte marouflée représentant saint Michel terrassant le démon. L’archange enfonce sa lance dans la gueule du démon, figure allégorique du mal et de Satan. Après la lutte de saint Michel contre les anges rebelles, le démon terrassé est précipité sur Terre.

Sur le mur Est, est représentée la lutte de Jacob avec l’ange. L’Ancien Testament raconte que Jacob, fils d’Isaac est obligé de s’éloigner de sa famille après avoir usurpé le droit d’aînesse de son frère Esaü. Dans son texte pour l’invitation à l’inauguration de la chapelle, Eugène Delacroix décrit précisément la scène : « Un étranger se présente qui arrête ses pas et engage avec lui une lutte opiniâtre, laquelle ne se termine qu’au moment où Jacob, touché au nerf de la cuisse par son adversaire, se trouve réduit à l’impuissance. Cette lutte est regardée, par les livres saints, comme un emblème des épreuves que Dieu envoie quelquefois à ses élus. » Le combat s’achève par la victoire de Jacob qui demande à l’ange de le bénir.

À l’opposé, sur le mur Ouest, est figurée la scène d’Héliodore chassé du temple. Héliodore est envoyé par le roi de Syrie pour dérober le trésor du temple de Jérusalem. Alors qu’Héliodore pénètre dans le temple, un cavalier armé entouré de deux anges surgit pour le chasser. Riche en couleurs et en détails, cette peinture entre en correspondance avec son pendant la lutte de Jacob et l’ange : la colonne répond au chêne de Jacob

Posté par LouiseMichel93 à 15:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Les mosquées de la goutte d'or

 

index

D’après France 24, un hangar désaffecté du boulevard Ney a été transformé en 2011 en salle de prière. Ce lieu a été aménagé de façon à ce que tous les musulmans fidèles puissent s’y rendre car les deux mosquées de la rue Myrha et de la rue Polonceau, situées dans le quartier de la goutte d’or, ont du mal à accueillir tous les nombreux musulmans depuis la fermeture, il y a une dizaine d’années, de la mosquée de la rue de Tanger (dans le 19e arrondissement) qui accueillait plus de 4 000 fidèles. Donc, durant plusieurs semaines, la préfecture de police s’est mise en quête d’un lieu adéquate pour pouvoir prier. L’ancienne caserne des pompiers a fini par être modifiée, cette installation est due au fait que de nombreux musulmans priaient dans des sous-sols, dans des caves puis dans la rue également. Les prières de rue avaient fait polémique en 2010 et pour résoudre ce problème il a fallu un nouveau lieu de culte.

Quelques jours avant l’ouverture l’imam de la mosquée Khaled Ibn-Walid de la rue Myrha, se dit confiant : "La nuit dernière, j’ai bien dormi. Il y a encore trois semaines, j’étais sceptique parce que les choses ont traîné, on n’arrivait pas à trouver un accord sur le lieu. Mais là, nous avons trouvé une solution idoine et je suis soulagé. La prière de rue, c'est fini !", confie-t-il à France 24. En 2010, les prières de rue dans le quartier avaient fait polémique, des groupes d’extrême droite avaient même appelé à un "apéro saucisson-pinard", finalement annulé, pour dénoncer "l’islamisation" du quartier. Afin que la salle de prière soit à la hauteur des attentes de la communauté des fidèles, les bénévoles s’activent. Dans la salle des ablutions, un ouvrier passe encore fixer les derniers carreaux, la décoration attendra. Le cheikh Salah Hamza compte cependant investir quelque 80 000 euros dans les trois prochaines années pour faire de la caserne une "mosquée trois étoiles". (France 24)

 

NASSERA ET NEDA

Posté par LouiseMichel93 à 14:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'association Vie Dejean

index

L’association Vie Dejan, compte 120 adhérents. Elle reprochait à l’Etat et la ville de ne pas garantir la salubrité publique, le libre passage  des piétons et la sécurité des personnes.

La Goutte-d’Or, que personne considère comme le dernier «quartier ghetto» de Paris, est l’un des points chauds de la 17e circonscription. On dit souvent que c’est un « millefeuille mafieux» dont les problèmes sont les: deal, trafic de médicaments, racket, vols avec violences. Depuis cinq ans, la Goutte-d’Or et son voisin Château-Rouge sont classés zones de sécurité prioritaire (ZSP). Lors de son arrivée à la Place Beauvau en 2012, Manuel Valls avait identifié des territoires sensibles, afin d’y amener les moyens nécessaires. Si la ZSP a permis une reconquête partielle de l’espace public – notamment autour de la station de métro Barbès qui était investie par une «faune» de trafiquants de cigarettes – elle peine à combattre les réseaux les plus enracinés.

Le 18 avril, la Cour administrative d’appel de Paris a condamné l’Etat et la Mairie à donner des dommages et intérêts à l’association des riverains du 18e arrondissement. Le 24 mai 2016, le tribunal administratif de Paris, saisi d’un contentieux formulé par une association de riverains, la Vie Dejean, a condamné la ville et la préfecture pour « inégalité »

 

Posté par LouiseMichel93 à 14:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

l'eglise st Supice

Paris-195_(36980965560)

L’église saint Sulpice est l’une des plus belles églises de Paris. L’église actuelle faut   en 1646 sur l’emplacement d’une première église devenue trop petite pour accueillir la population du bourg Saint-Germain. Mais à cause d’un manque d’argent et de désaccords entre architectes, sa construction ne s’acheva qu’au 18e siècle. L’Église Saint-Sulpice est la 2e  plus grandes églises de Paris , elle fait même partie du classement au titre des monuments historiques depuis le 20 mai 1915.dans son enceinte se trouve 3 fresques du peintre Eugène Delacroix (2 sur les mur et 1au plafond ) ces fresque ont été rénovée pendant 1 an et ont coutées  438 000 euros .Ces peintures ont été peinte entre 1849 et 1861 dans son ancienne maison et atelier qui est aujourd’hui le musée national Eugene Delacroix. L’ancienne appartement a été vendu après la mort du peintre à des amoureux de ces œuvres et qui la cédés a l’Etat dans le but de crée ce musée.       []

Posté par LouiseMichel93 à 14:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Magasin de luxe

thJIUD21TJ

Saint-Germain-des-Près est un quartier de Paris se situant dans le 6ème arrondissement. Au cœur de ce quartier ce qui attire l’œil est  l'église, l'immobilier mais surtout les magasins de luxes. Au début

Au XXème siècles au début des année 1970 Saint-Germain-des-Près est un quartier de paris qui attire beaucoup les touristes et qui progressivement implante des magasins de luxes. Pour pouvoir faire place a tout sa il a fallut y détruire d'autres structures tel que des librairies, des campus et d'autres sortent de boutiques. Les bâtiments on certes été conserver mais pas tous et leur utilité a changer de bord.

Ce quartier compte beaucoup de magasins de luxes a partir des années 1990  dont le célèbre Louis Vuitton (LVMH) du Boulevard Saint-Germain, la grande boutique Yves Saint Laurent de la place Saint sulpice ou encore les boutiques comme Hèrmes, Armani ou encore Christian Dior.

 

th4YBKZXS0

 

Bibliographie :

wikipedia

https://www.comite-saint-germain.com/portfolio_page/louis-vuitton

google image

Posté par LouiseMichel93 à 14:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La Goutte D'or

Rue_de_Chartres_Sacré-Coeur

 

 

 

La Goutte d’or est un quartier très populaire et cosmopolite  du 18ème arrondissement de Paris.

 Elle se situe à l’Est du Montmartre au dessus de la Gare du Nord au Sud de la Rue Ordener à l’Est du Rue Max Dormoy.

C’est un quartier pauvre dès le 19ème siècle, c’est la misère ouvrière. Dans l’Assommoir de Zola publié en 1877, l’auteur reflète une mauvaise réputation du quartier.

 Dans la même époque, le quartier accueille les populations qui quittent leur pays. C’est-à-dire les Bretons, Provençaux, Auvergnats.

Ensuite, au début du 20ème siècle, c’est les Polonais, les Espagnols et les Italiens qui immigrent dans le quartier, puis dans les années 50 à 70 c’est les Algériens et enfin des populations venant d’Afrique dans les années 80 et plus récemment asiatique.

Aujourd’hui, sur environ les 23 000 habitants de la Goutte d’or, 34% sont étrangers et le taux chômage dépasse 21%.

 

                Vers  1830, Paris se transforme aux grands chantiers les terres agricoles disparaissent. Les chantiers ayant besoin de main d'œuvre, la capitale a accueillie des populations venue de la province. Pendant la première Guerre Mondiale, l'état va recruter des travailleurs dans les colonies du Maghreb pour remplacer les hommes partis au front.

En 1920, en raison de mauvaise récolte en Algérie, la population immigre de nouveau en France et travaillent sur les chantiers et sur la rénovation de l’urbanisation. Cette immigration devient importante et  remplace donc dans le quartier de la Goutte d'Or les Italiens et les Juifs de l'Est.

Au début du 20ème siècle l'immigration magrébine est visible à la Goutte d'Or et elle se développe pour atteindre 60% d'immigrés dans les années 50. A l'époque de la guerre d'Algérie, ce quartier est qualifié  de" Ghetto"  un quartier de lutte pour l'indépendance.

Le quartier est marqué par de nombreuses luttes contre les discriminations et pour l’égalité. En effet, en octobre 1971, Djellali Ben Ali, un jeune Algérien de 15 ans est tué par le concierge de l’immeuble où il réside. En réponse, à cet acte discriminant, des émeutes s’éclatent dans Paris dans différents quartiers dont la Goutte d’Or. De plus, cette révolte n’est pas terminée. De nombreuse expulsion sont menées par les forces de l’ordre dans le quartier.  Des magrébins sont menacés d’être expulsé du quartier.

Enfin, des luttes dans lesquelles des immigrés se sont engagés pour défendre leurs droits (grèves de la faim pour les papiers, grèves des loyers dans les foyers, grèves dans les usines, mobilisations contre le racisme, luttes contre les expulsions vers le pays d’origine, lutte pour le droit de vote, pour le droit au logement, mobilisations culturelles ).

 

 

Après des années de lutte pour défendre leurs droits, nous allons nous intéresser à la productivité de ce quartier célèbre qui attire de nombreux Parisiens et touristes à la recherche de produits frais exotiques et autres épices, venus pour la plupart, d’Afrique.

Le quartier reste le plus accessible de Paris avec un peu moins de 6.000 euros le m2 contre environ 7.800 euros en moyenne dans la capitale.

Des dizaines de logements ont été construits, notamment beaucoup d’HLM, mais aussi des crèches, un gymnase, des écoles et une bibliothèque.

Le processus de gentrification va poser de nombreux problèmes. Depuis les années 2000, les prix de l’immobilier ont augmenté à Paris et la Goutte d’Or avec une augmentation de 144% entre 2002 et 2007.

L'amélioration des conditions d'habitants reste un enjeu important. La majorité des logements ont été construits avant 1948. (80,6 %).  En 2001, la municipalité lance un grand plan de réhabilitation de la Goutte d’Or les immeubles et les hôtels insalubres surpeuplés. En effet, la municipalité ordonne de détruire les immeubles pour rénover le quartier « En 2013, 30% des logements du quartier étaient des logements sociaux selon des informations de la mairie. » Aujourd’hui, la Goutte d’Or est un quartier où le m2 est le moins cher. Enfin, cette rénovation provoque le communautarisme. C’est-à-dire les communautés sont regroupées selon leurs origines. Il n’y a pas de mixité sociale. Le prix des loyers augmentent à cause de l’installation des populations aisées. Les populations les plus modestes quittent leurs logements pour y installer ailleurs.

La Goutte d’Or est un bon marché au niveau commercial dans les produits maghrébins et africains. C’est grâce aux activités permettant le développement du quartier,  la Goutte d’Or n’est pas un ghetto mais un lieu d'adaptation. C’est un lieu de changement pour les immigrés. L’activité commerciale est intense avec 32 commerces pour 1000 habitants. La population est particulièrement jeunes « 1 habitant sur 4 a moins de 20 ans, et elles non seulement célibataire (28%). Au niveau scolaire, 44% de la population est sans diplôme.

 

Dès 1983, un plan de réhabilitation a été lancé pour casser cette image péjorative et un habitat vieux et sale.  Par ailleurs, le quartier s'embourgeoise progressivement à l'extrême-sud de la Goutte d'Or, la brasserie Barbes vient d'ouvrir, face au cinéma le Louxor qui a été complètement rénové. Sur le plan de l’urbanisme le quartier change, évolue. La Goutte d’Or est classées sous zone urbaine sensible. Elle fait l’objet d’un Contrat urbain de cohésion c’est-à-dire c’est un projet de territoire développé au bénéfice des quartiers en difficultés.

 

 Balasingam Jeebika

Soupramaniem Nivetha

Partigoc Hakan

 

Posté par LouiseMichel93 à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]