sans-titre

sans-titre 2

sans-titre3

 

 

 

 

 

Le plafond est orné d’une toile peinte marouflée représentant saint Michel terrassant le démon. L’archange enfonce sa lance dans la gueule du démon, figure allégorique du mal et de Satan. Après la lutte de saint Michel contre les anges rebelles, le démon terrassé est précipité sur Terre.

Sur le mur Est, est représentée la lutte de Jacob avec l’ange. L’Ancien Testament raconte que Jacob, fils d’Isaac est obligé de s’éloigner de sa famille après avoir usurpé le droit d’aînesse de son frère Esaü. Dans son texte pour l’invitation à l’inauguration de la chapelle, Eugène Delacroix décrit précisément la scène : « Un étranger se présente qui arrête ses pas et engage avec lui une lutte opiniâtre, laquelle ne se termine qu’au moment où Jacob, touché au nerf de la cuisse par son adversaire, se trouve réduit à l’impuissance. Cette lutte est regardée, par les livres saints, comme un emblème des épreuves que Dieu envoie quelquefois à ses élus. » Le combat s’achève par la victoire de Jacob qui demande à l’ange de le bénir.

À l’opposé, sur le mur Ouest, est figurée la scène d’Héliodore chassé du temple. Héliodore est envoyé par le roi de Syrie pour dérober le trésor du temple de Jérusalem. Alors qu’Héliodore pénètre dans le temple, un cavalier armé entouré de deux anges surgit pour le chasser. Riche en couleurs et en détails, cette peinture entre en correspondance avec son pendant la lutte de Jacob et l’ange : la colonne répond au chêne de Jacob